Le Domaine Haut Courchamp

Au plus profond du vignoble languedocien, situé au sommet de la colline, le terroir de Saint-Christol voit depuis plus de 2000 ans des générations de vignerons qui se succèdent, dessinant et redessinant ces petites parcelles de vigne.

Descendants des paysans gallo-romains de notre village, nous avons connu un formidable élan de notorité de nos vins avec l’arrivée des chevaliers de l’ordre de Malte, dès le XIIème siècle.

C’est ainsi, sur ces terrasses de villafranchien, composées de galets roulés, que notre famille répète ces gestes qui nous ont été transmis avec patience et minutie par nos aïeux et qui façonnent notre paysage.

Les vins du domaine Haut Courchamp sont l’aboutissement d’une grande exigence qualitative, dans le plus grand des respects pour notre écrin végétal. Ce dernier est le garant de notre exceptionnel terroir à vigne, il confère à nos fruits un rare équilibre et une maturation qui font la réputation des vins de Saint-Christol.

Nous travaillons quelques hectares uniquement, que nous vinifions de manière ancestrale, notre ultime plaisir étant d’étonner vos sens, de partager cet héritage, sans artifices, cette vérité du terroir.

Domaine Haut Courchamp, découvrez le vin vrai, le vin paysan.

vin herault agro écologie

Elevage en cave naturelle

De toutes les ressources naturelles offertes par notre écosystème, nous utilisons entre autres, l’inertie thermique et l’hygrométrie offerte par notre cave de vieillissement enterrée.

Nos vins évoluent dans un environnent calme, constant et à l’abri de toute consommation énergétique.

Ce lieur où le maître mot est patience constitue une réelle vinothèque qui permet de vous proposer nos vins sur plusieurs millésimes, à différents stades de leur évolution. Ce savoir-faire et de savoir-garder est une valeur paysanne que nous avons plaisir à partager.

Biodiversité

Au sein de notre exploitation, pas moins de 30% de nos terres sont consacrés à des haies, des bois, des couverts végétaux et à tout ce qui constitue des refuges pour le développement de nos auxiliaires de culture, de véritables espaces de vie.

Cet équilibre écologique minimise l’intervention de l’homme dans ses travaux de tous les jours laissant ainsi s’exprimer au mieux tout le potentiel de notre terroir. La signature de nos vins est de ce fait unique.

Entretien du sol

Nos brebis, l’hiver, véritables alternatives au travail mécanique, maintiennent le couvert végétal.

Un rang sur deux, nous labourons nos parcelles afin de leur faire profiter des rares averses estivales. Nous combattons ainsi le ruissellement de cette ressource précieuse qu’est l’eau.

Concernant l’autre rang, nous maîtrisons l’enherbement naturel par une tonte courte, laissant travailler les architectes du sol que sont les vers de terre.

Vendanges

Nous récoltons de nuit, au moment où les températures sont les plus fraîches, dans le but d’éviter une consommation d’énergie excessive pour refroidir nos jus.

Nous vendangeons et nous vinifions chacune de nos parcelles séparément. Nous garantissons ainsi un état de maturité optimale et un parfait équilibre des baies de raisin. Ce choix, générateur de travail supplémentaire en cave, nous permet d’obtenir des vins de meilleure qualité et plus stables dans le temps, sans avoir recours à des pratiques œnologiques intrusives.

La patience est une des caractéristiques nécessaires pour l’élaboration de nos vins paysans.

Travaux en vert

Nous travaillons 50 000 ceps de vigne en considérant chacun d’eux comme une entité vivante et particulière.

Cela représente :

  • 50 000 ébourgeonnages manuels par an dans le but de sélectionner le nombre de grappes sur nos pieds de vigne.
  • 100 000 épamprages manuels par an dans le but de limiter la propagation des maladies provenant du sol et de concentrer la vigueur de chaque cep sur les parties fructifères.
  • 150 000 palissages manuels par an dans le but de favoriser la photosynthèse pour une meilleure maturation et d’améliorer le microclimat des grappes pour limiter le développement des maladies.
Apports naturels

Le caractère unique de notre sol, ce support nourricier, implique une vigilance précise, à la parcelle.

Nous pratiquons annuellement des analyses de feuilles et de terres afin d’ajuster, si besoin, un apport de fumures organiques ou encore de composts végétaux.

Ces éléments 100% naturels, enrichissent et améliorent la structure de nos sols, garantissant un apport sain, équilibré et en adéquation avec le niveau d’exigence qualitative que nous nous imposons.

L’Agro-Ecologie

L’agro-écologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s”appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement (ex : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter le recours aux produits phytosanitaires) et à préserver les ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Elle implique le recours à un ensemble de techniques qui considèrent l’exploitation agricole dans son ensemble. C’est grâce à cette approche systémique que les résultats techniques et économiques peuvent être maintenus ou améliorés tout en améliorant les performances environnementales.

L’agro-écologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production agricole et restaure une mosaïque paysagères diversifiée (ex : diversification des cultures et allongement des rotations, implantation d’infrastructures agro-écologiques…) et le rôle de la biodiversité comme facteur de production est renforcé, voire restauré.

Chaque évolution vers un système de production agro-écologique doit être raisonnée au cas par cas, en fonction notamment du territoire (conditions pédo-climatiques, tissu socio-économique), mais aussi des objectifs de l’exploitant.

L’agriculteur adapte les techniques à ses parcelles, en particulier à travers une série d’expérimentations dans ses propres champs. Ces démarches d’expérimentations peuvent être conduites individuellement ou collectivement, avec d’autres agriculteurs et/ou conseillers, en s’appuyant notamment sur l’expertise des acteurs sur le milieu.

L’agro-écologie s’applique à deux niveaux d’organisation : la parcelle agricole et le territoire, qui doivent être intégrés de façon cohérente.

Réf: Ministère de l’agriculture, 22/04/2013